mardi , 23 janvier 2018
Accueil » Actu & Buzz » Une tradition des plus glauques…

Une tradition des plus glauques…

Immortaliser les défunts sur peinture était un rite assez courant durant de nombreuses décennies.
Cette pratique est née sous la royauté de la reine Victoria I au Royaume-Uni, avant que la révolution industrielle ait changé les habitudes familiale, et de laisser place à la photographie post-mortem, et on doit avouer que cette tradition était quand même bien glauque …

C’est grâce à l’invention du daguerréotype, précurseur de notre appareil photo, conçu par Louis Daguerre, que l’on a pu célébrer les morts de façon différente. La réalisation de peinture, alors à l’époque statuée trop chère pour le manque de qualité et le trop peu de réalisme qu’elles apportaient, ont été délaissées par la société et remplacées par des « shooting-photo post-mortem» quelques peu dérangeants. Mais il faut savoir, qu’à l’époque, la majorité de ce commerce a pu exister, à cause du grand nombre de décès infantiles et maternels. En général et avant chaque shooting-photo post-mortem, les défunts étaient embaumés et mis en scène afin de rendre les clichés moins morbide. Bizarre, vous avez dit bizarre ? Heureusement pour nous, cette tradition est tombée en désuétude, on se demande bien pourquoi pas vrai ?

A propos de Jay

Sur Petitjournal.fr on adore écrire tout et n'importe quoi. Retrouvez-nous en live sur twitter !

Laisser un commentaire